Numéro trois français du secteur de la construction de maisons individuelles, Mikit en est le seul véritable franchiseur. Pourquoi? Selon Maurice Penaruiz, la marque est la seule à avoir développé un concept commercial Enough original et porteur pour nourrir. un développement en franchise: “À nos débuts, nous Avon fait nos Evidence en ouvrant, à nos frais, deux points de vente pilotes”, se souvient-il. C`est en 1984. Au terme de douze mois d`activité, les deux premiers magasins de tours et Rouen vendues vendu une quarantaine de maisons! Un concept qui a, bien étudiais, alléché certains acteurs du marché. Mais tous ont échoué là où Mikit a su prospérer.. «Les constructeurs qui ont voulu s`engouffrer dans la brêche l`ont fait avec un discours et une stratégie de constructeurs, analyse le Président-fondateur. Résultat: ils ont commercialisé des sous-produits de leur offre “phare”, des sous-marques en quelque sorte. Nous, au contraire, ne nous présentons pas comme des vendeurs de maisons – aucun de nos franchisés n`est issu du secteur de la construction individuelle –, mais comme des vendeurs de produits financiers. Chiffres à l`appui, nous prouvons à des locataires qu`ils May devenir propriétaires sans débourser-– ou presque – un centime de plus. «Un discours qui a le vent en poupe: en France, près d`un ménage sur deux n`est pas propriétaire de son logement.

Ce chiffre fait de l`hexagone le mauvais élève du vieux continent. Au Luxembourg, par exemple, 81% des ménages ont acquis leur logement, et en Irlande, Espagne, Norvège, Grèce et Hollande, plus des trois-quarts des particuliers sont propriétaires (source: Fédération française des constructeurs de maisons individuelles). Porté par des mesures d`aide, comme la création du prêt à taux zéro, la disparition de l`apport minimum obligatoire, la sécurisation des prêts en cas de perte d`emploi, l`allongement de la durée des prêts à trente ans et la suppression de la TVA sur les terrains à bâtir , le secteur a ordi bénéficié, depuis 1998, d`une conjoncture favorable. Quant au concept Mikit, il a séduit par son modèle de gestion alléchant. Grâce à un niveau de marge eleve – la marge brute oscille entre 35 et 40% –, la franchise pourrait brandir un argument massue: un seuil de rentabilité assez Increment, d`une construction par mois au démarrage et de deux, ensuite. «Nos franchisés prennent ordi peu de risques», affirme Maurice Penaruiz. Une quasi garantie de succès qui Përmet à l`enseigne d`afficher des objectifs ambitieux: fort de 102 points de vente, le réseau devrait en accueillir. vingt de plus d`ici à la fin de l`année, et 200 en 2007, annonce la direction. “En outre, précise le p-DG, nous sommes en train de développer un réseau parallèle de” franchises de commercialisation “.

Il s`agit de “minifranchises” qui travaillent en tandem avec une franchise principale de la même région, à laquelle elles apportent des affaires, sans toutefois en gérer la partie “construction”.

Scroll Up